[TPE1] Interpretations et commentaires

Faites part de vos critiques, de vos interpretations, vos attentes, discutez des concepts, etc... sur tout ce qui touche les oeuvres de PoS et les side-projects de ses membres...

Modérateurs: Lateralus, derF, Mr[P], jo

thanos
Human
Messages: 21
Inscrit le: 05 Avr 2005, 19:56

[TPE1] Interpretations et commentaires

Messagepar thanos » 26 Avr 2005, 21:48

Bonsoir !

je voulais votre avis sur le theme de "the perfect element"

Aux vues des paroles et des clips, je pense que le theme de cet album doit etre l'inceste et les interrogations d'un spectateur impuissant...

Serait ce autobiographique ?


merci et pardon si cela a deja été posté


edit de derF : post-it ;)
Enslaved but free

Avatar de l’utilisateurjo
AdministrateurAdministrateur
Messages: 3695
Inscrit le: 10 Sep 2003, 16:36
Localisation: Royaume de Norvège

Messagepar jo » 26 Avr 2005, 23:26

je crois que tu ouvres là une véritable boîte de Pandore... TPEI est à mon avis l'album le plus complexe et le plus dense de PoS (après BE tout de même...). Les thèmes y sont nombreux et je trouve que ce sujet tombe à point nommé pour ceux qui souhaiteraient plonger dans la bête par le biais de discussions endiablées.
En gros, il évoque parallèlement les existences de deux ados (?) ("He" et "She") à qui il arrive pas mal de merdes mais qui finissent par se rencontrer et tombent même amoureux...non sans mal...et pour le meilleur et surtout le pire

quant à l'inseste, bien vu puisque le titre "In the Flesh" aborde somptueusement ce thème (mais je serais surpris que Daniel en ait directement été victime...il s'est plutôt inspiré de son entourage ou plus généralement du monde qui l'entoure :wink: )
Image

Avatar de l’utilisateurderF
AdministrateurAdministrateur
Messages: 2173
Inscrit le: 26 Août 2003, 23:49

Messagepar derF » 27 Avr 2005, 01:19

J'ai passé le sujet en post-it et le complète par l'interprétation réalisée par Alexandre Rouen pour le #2 du fanzine ITP (automne 2002 déjà)... BONNE LECTURE ! :)


The Perfect Element, Part I
Par Alexandre Rouen.

The Perfect Element Part I retrace l'histoire de deux personnes Elle et Lui (She et He) ayant chacun un passé plus que tumultueux, et qui se rencontrent. TPE, c'est l'histoire de cette rencontre, et des conséquences qu'elles ont sur ces deux mondes désolés (these two desolate worlds).

1 - Used
Cette première chanson retrace la vie de Lui. Il a pour foyer la rue, et la violence qui va avec, comme en rend très bien compte la musique. Sont décrites ici des scènes de viol et de meurtre. De plus, on apprend que Lui est comme désensibilisé, anesthésié, de cette violence (Getting used to pain). Toutefois, son cœur reste vulnérable (I am crying unwept tears through this violence). Il reste encore en lui une part d'humanité, qui lui permettra de lier une relation avec Elle. Leur rencontre est déjà évoquée. Il sent que s'ils font quoi que ce soit ensemble, ils ne feront qu'échanger de la douleur (Trading pain is a bad deal, I've got more than my share). Il se sent coupable par avance de ne pas être digne de l'amour de Elle, et de le gâcher (I will stain your affection, I will wear out your heart).

2 - In The Flesh
Cette seconde chanson s'intéresse à Elle. Elle aussi vit dans la rue, ayant quitté ses parents. Elle a en effet été violée par son père (sometimes the hands that feed must feed mind with a sick need), et ne supportait plus de vivre auprès de ses parents. On apprend que sa mère n'était pas au courant de cette tragédie (a wind beaten bird for reasons unheard). Elle est psychologiquement profondément atteinte, car au lieu d'extérioriser sa douleur, elle l'a cachée et enfouie au plus profond d'elle même (some wear their bruises on their skin, others hide their scars deep within). Elle vit donc dans la rue, auprès d'une "nouvelle famille" (seeking asylum among freaks and whores) mais à qui elle cache toujours son douloureux passé (hiding her dirty sores). En dépit de la violence de son nouvel environnement, elle le préfère de loin à sa maison. Elle pense même au suicide (rip me from this sick flesh) mais n'en viendra jamais jusque là, du moins dans ce premier album... On a ensuite droit à des répliques venant du père ("God forgive this hunger", "Never tell a soul"), et l'on apprend aussi que Elle a essayé de parler, ou du moins de faire comprendre à sa mère ce qu'il se tramait ("Please mommy see"). La fin de la chanson nous apprend qu'elle reviendra néanmoins chez elle (she will return back to the adults of her home).

3 - Ashes
Finalement, Lui et Elle couchent ensemble, et comme prévu, cet acte est destructeur pour eux, car pour la première fois, ils ont une relation impliquant des sentiments et un respect mutuel. Ce disfonctionnement vient de leur passé respectif (résumés par I've walked with the weakest just to feel strong, you've given your body just to belong). Néanmoins, Elle et Lui se comprennent, car ils ne connaissent tous deux que la souffrance (I taste your sorrow and you taste my pain, drawn to each other for every stain). The ashes représente les cendres de Elle et Lui, c'est-à-dire ce qu'il reste de leur humanité. C'est au final un acte aussi réparateur (voir la suite) que destructeur pour eux.

4 - Morning On Earth
Cette chanson relate le lendemain matin, de la perspective de Lui. S'être ainsi émotionnellement dévoilé lui a fait beaucoup de mal. Il a toujours voulu détruire tout autour de lui, et pour la première fois, quelqu'un lui fait confiance et lui offre son amour, ce qui le fait souffrir (strange the way beauty can hurt the unopened eye much more...). En fait, il a peur car il baisse sa garde, ce qu'il n'a jamais pu se permettre auparavant. Il réalise de plus qu'il n'est pas mûr émotionnellement (i'm just a child trapped inside the body of a man, our own incapability to leave this fallen playground). De plus, Lui sent la souffrance de Elle, et s'en croit responsable (I am the tears in your mouth, I am the weight on your shoulder). Il pense qu'il lui a en quelque sorte transmis sa tristesse.

5 - Idioglossia
Il convient de préciser en premier lieu que Idioglossia n'est autre que la ville dans laquelle Lui a passé la majeure partie de sa vie, un peu comme Entropia (synthèse de entropy et utopia) était la ville dans laquelle se déroulait l'album du même nom. Cette chanson inaugure une série de chansons au cours desquelles Lui cherche dans son passé pour trouver une blessure originelle qui fait de lui cet être tourmenté. Il réalise que son passé continue à le perturber (It all comes back to me, where did i suffer that loss, I have swallowed all these tears). Est décrite ici la vie dans les rues. On se rend compte de la continuelle violence qui y est nécessaire pour maintenir sa place dans la hiérarchie. Il blame ici cette vie de l'avoir rendu tel qu'il est aujourd'hui (for every time you punch me out, for every punch every shout). Il décide finalement de remonter plus loin dans son passé, à la recherche du tout premier traumatisme.

6 - Her Voices
Lui, quand il regarde les yeux de Elle, se souvient d'une jeune fille qu'il connut étant enfant (looking at you I see her face). Il n'avait plus pensé à elle jusqu'à ce jour, où il cherche dans son passé (It all catches up to you when you slow down). Il se sent coupable de l'avoir tourmentée (tasting that shame of pushing her down, we picked and pierced we ripped and we tore) et de ne pas avoir fait attention à ses troubles psychologiques. Les "voix" dont il est question ici sont les amis imaginaires de la jeune fille (so she filled the void with unearthly friends). Encore une fois, Lui n'a pas voulu baisser sa garde et l'écouter, et a choisi la voie de la violence. Il décide cependant que ce n'est pas ici la "first stain", et continue à chercher.

7 - Dedication
Cette chanson relate le décès du grand père de Lui. Bien qu'il ne s'entendait certainement pas avec ses parents, il était proche de son grand-père (all my life I looked up to you, my beloved grandfather). Il décide alors de remonter encore plus loin, à sa naissance même.

8 - King Of Loss
On apprend ici que ses parents, n'ayant pas les moyens d'élever un enfant (on those bloodstained beds no one can affort to pay the prices on their babies' heads), se l'ont vu retirer par les services d'adoption. Il se couronne alors "king of loss" car lui sont transmis ici, à la manière d'une dynastie, les dettes (as I inhaled the scent of debt), souffrances, et échecs de ses parents. Selon certains, "mother" représenterait non pas la mère de Lui, mais le gouvernement. A méditer... Lui se rend compte que dès sa naissance, son destin était scellé, quoiqu'il fasse plus tard (at my first breath every paragraph was set). Il a donc trouvé les coupables de son désordre mental : ses parents pour l'avoir laissé dans cette situation, et la société pour l'avoir retiré à ses parents.

9 - Reconciliation
Cette chanson est la réconciliation de Lui avec lui-même. Il réalise qu'il doit arrêter de chercher des coupables à ses problèmes, commencer à prendre sur lui pour finalement tourner la page (Now to be truly free I'll let it come to me). Il avoue avoir longtemps cherché, mais ne s'être jamais remis en question (I was always on my minds but never on my side). Il parvient enfin à sortir de la logique de violence de la rue (I'm sick of running away along these bloody streets, I'm sick of predators and prey). On est bien loin de "Used", où l'on trouve une certaine complaisance à vivre dans ce monde. Il se rend néanmoins compte qu'au lieu d'avoir apaisé la douleur de Elle, il a aggravé son cas, en lui faisant partager sa propre douleur.

10 - Song for the innocent
Lui se remémore toutes les erreurs de sa vie. Il fait le bilan et se rend compte que tous ses amis sont morts, et qu'il n'a pas pris soin de Elle, la seule personne qui lui a apporté de l'attention. Il décide de se suicider.

11 - Falling
L'état mental de Lui se détériore encore, et il prépare son suicide.

12 - The Perfect Element
Au début de la chanson, Lui est sur le point de se suicider. On entend en fond des voix, qui sont celles qui selon lui seront prononcées lors de son enterrement. On retrouve ici la responsabilité de la société (but if you take from those you fear everything they value you have bred the perfect beast drained enough to kill you). Elle se rend chez lui, le voit allongé par terre, et appelle immédiatement une ambulance. Mais le mal est déjà fait (falling beyond the point of no return). Il n'est cependant pas mort, et se remémore le peu de moments agréables de sa vie (once he would run through the summer days...). Il a cependant perdu l'usage de ses jambes dans cette tentative de suicide (Will I ever walk again ?). Il en veut de plus à Elle de l'avoir sauvé, et a honte de ce qu'il a fait (I will never leave this shame). Elle est néanmoins très affectée, et a peur que les actes de Lui la pousse à faire de même (now you are killing me). On peut remarquer que Daniel Gildenlöw prend une voix très aiguë pour représenter Elle. Lui est traumatisé d'être revenu à la vie, et sa haine pour le monde continue de grandir, et se met à rejeter Elle (Is this more than you want ?)



Voilà c'est terminé ! J'espère que cette interprétation aidera beaucoup d'entre vous à apprécier à sa juste valeur cet incroyable album (si avec ça vous n'êtes pas impatient de tenir entre vos mains The Perfect Element Part II, je ne sais plus quoi faire pour vous !) Notez qu'il existe d'autres interprétations de cet album, qui divergent de celle-ci sur quelques points, notamment sur la fin de l'album. J'ai cependant fait figurer ici ce qui me paraissait le plus vraisemblable, en me basant sur des longues discussions sur les message-boards de Dream Theater et de Pain Of Salvation, et sur de nombreuses interviews de Daniel Gildenlöw (celui-ci ne donnant d'informations sur les concepts de ses albums qu'au compte-gouttes !).

thanos
Human
Messages: 21
Inscrit le: 05 Avr 2005, 19:56

Messagepar thanos » 27 Avr 2005, 09:53

jo a écrit:quant à l'inseste, bien vu puisque le titre "In the Flesh" aborde somptueusement ce thème (mais je serais surpris que Daniel en ait directement été victime...il s'est plutôt inspiré de son entourage ou plus généralement du monde qui l'entoure :wink: )


je ne pense pas non plus, mais il pourait etre le spectateur !
Enslaved but free

Avatar de l’utilisateurIOEN
PilgrimPilgrim
Messages: 227
Inscrit le: 31 Août 2003, 17:52
Localisation: Région parisienne (78)

Messagepar IOEN » 27 Avr 2005, 14:56

Woah, merci beaucoup derF, TPE1 est mon album préféré de POS et j'avais jamais vu d'interprétations à son sujet, je l'écouterai avec une nouvelle oreille à présent :)
We Will Always Be so Much More Human Than We Wish To Be

Avatar de l’utilisateurChris_LaFouine
Omni... BE !
Messages: 2091
Inscrit le: 29 Mars 2005, 23:02
Localisation: Nantes

Messagepar Chris_LaFouine » 27 Avr 2005, 22:42

Ow bordel, j'avais téléchargé les traductions et j'avais pas compris... là, ça devient bien plus limpide!!!

Et sinon, y a des interprétations pour "One Hour By The Concrete Lake", parce qu'il est un peu, voire totalement, flou!
Image Death progressif

Avatar de l’utilisateurSharon
Administratrice
Messages: 816
Inscrit le: 15 Déc 2003, 14:29
Localisation: Dans ton subconscient

Messagepar Sharon » 28 Avr 2005, 11:53

chris_lafouine a écrit:Et sinon, y a des interprétations pour "One Hour By The Concrete Lake", parce qu'il est un peu, voire totalement, flou!


oO il est pourtant beaucoup plus simple que ses successeurs.....

Avatar de l’utilisateurjo
AdministrateurAdministrateur
Messages: 3695
Inscrit le: 10 Sep 2003, 16:36
Localisation: Royaume de Norvège

Messagepar jo » 28 Avr 2005, 17:25

on peut même aller jusqu'à dire que c'est le plus simple et le plus "concret" des albums de PoS. Il y a un titre qui te pose probème en particulier Chris ?
Image

Avatar de l’utilisateurMr Manatane
Used To PainUsed To Pain
Messages: 618
Inscrit le: 14 Avr 2005, 15:39
Localisation: ...Orléans (45)

Messagepar Mr Manatane » 26 Nov 2005, 18:03

Sympas!

ça aide à se faire sa propre interprétation.
Je préfère piocher ça et là afin d'ajouter l'tout à ma
propre réflexion. Le mystère laissé dan le texte sert à ça.

En tout cas, ces quelques lignes sont bien utiles.

Pour OHBCL, il est certe (un peu) plus simple à comprendre mais faut bucher dessus tout d'même...PoS c'est pö facile même quant c'est simple :)
Image...

Avatar de l’utilisateurderF
AdministrateurAdministrateur
Messages: 2173
Inscrit le: 26 Août 2003, 23:49

Messagepar derF » 23 Jan 2007, 11:45

Voir aussi ce lien au sujet de "Used" : http://www.insidethepain.com/forum/viewtopic.php?t=731

Avatar de l’utilisateurMr Manatane
Used To PainUsed To Pain
Messages: 618
Inscrit le: 14 Avr 2005, 15:39
Localisation: ...Orléans (45)

Messagepar Mr Manatane » 23 Jan 2007, 12:01

héhéhéhé.... :D
Image...

Avatar de l’utilisateurbap175
SpiritSpirit
Messages: 71
Inscrit le: 17 Nov 2006, 19:27
Localisation: Paris XIII

Messagepar bap175 » 23 Jan 2007, 13:35

Je voudrais savoir quel est concrétement le perfect element...?
Image

Avatar de l’utilisateurEverlasting
PilgrimPilgrim
Messages: 307
Inscrit le: 10 Oct 2006, 12:06
Localisation: Switzerland

Messagepar Everlasting » 06 Fév 2007, 19:34

Ahaaaa, qui est le Perfect Element, ça c'est la grande question.
Si je me souviens bien le terme n'apparait qu'à la fin de l'album (I set myself on fire to breed the Perfect Element)
Y'a 2-3 candidats potentiels
- She. Parce que les dernières pensées de He sont pour elle et elle a droit à un message d'espoir, car contrairement à lui: you must never leave this shame, soit dans le contexte ne meurs pas, ne te tue pas, ne me suis pas. Mais il y a une réplique (is this more than you want) qui me fait douter sur le you. Si c'est le Dieu ou la drogue de Used, She tombe à l'eau et il reste bali (pardon) qui serait...
- Le bébé. D'après moi la meilleure explication, même si c'est écrit nul part que She aura un enfant (mais c'est mimi et sans ça Daniel saura pas quoi dire dans TPEIII ^^). Breed c'est quand même procréer, faire naitre. A ce moment là, He se suicide parce qu'il ne se sent pas capable d'être père ou indifférent, par symbole pour que son fils évite ce que lui n'a pas pu évité et pour entrainer avec lui toute la souffrance et laisser She et son enfant heureux. Le Will I ever walk again serait la question: est-ce que mon descendant (symboliquement l'enfant est la créature qui nous transcende) vivra, marchera, marchera droit. Alimentant cette idée de forme de réincarnation, il y a une créature qui renait après s'être immolé, le phénix. On est d'accord que He se suicide aussi parce que son passé l'a poignardé et qu'il est à bout.
- La violence. Thème de l'album, la seule "personne" intouchable de bout en bout alors que tout le monde s'enlise à ses pieds. La violence ou une autre notion proche (la souffrance, la perte, la destinée).
- ça pourrait encore être He lui-même, en tant qu'humain. Le titre serait alors plein d'ironie et de tristesse. Ou proche de la première hypothèse, ça pourrait être l'amour.
Pas d'autres idées pour l'instant

Avec l'avantage de savoir ce qui se passe à la fin de Enter Rain on sait que She ne vient pas le sauver et il ne reste pas en vie (avec perte de l'usage de ses jambes ou je ne sais quoi), y'a d'ailleurs rien qui allait dans ce sens. Un truc que j'ai remarqué c'est que But if you take from those you fear Everything they value You have bred the perfect beast Drained enough to kill you se lit dans les deux sens. L'avant-dernier you est soit la société qui rejette et tue He, soit He lui-même avec sa violence du début, donc un suicide...
Et comme dit précédemment, j'aimerais bien savoir qui est le tout dernier you de la chanson.
I leave no shadow when I'm alone


Retour vers POS. Albums / DVDs

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit and 4 invités

cron