GOJIRA + Guests - Dublin, 14/03/2009

fred99 fait sa chronique sur ITP !

Modérateurs: derF, Mr[P], jo, Fredian

Avatar de l’utilisateurFredian
Omni... BE !
Messages: 2031
Inscrit le: 12 Août 2005, 15:21
Localisation: Dublin (Irlande) / Montpellier (France)

GOJIRA + Guests - Dublin, 14/03/2009

Messagepar Fredian » 15 Mars 2010, 00:59

Bon, c'était il y a un an...


  • Jour: Saturday March 14th 2009
  • Heure: 8.00pm
  • Lieu: Whelan's, Dublin, Ireland
  • Evénement: GOJIRA + The Eyes Of A Traitor + Pilgrimz

    Image Image
    (Pilgrimz n'a pas inclu leur seule date dans la République d'Irlande sur leur "Tour Poster", celle qui nous intéresse ici en l'occurence :roll: ...)


Intro


  • une expérience live pour le moins unique et particulière…

    Ca devait m’arriver. A force d’attendre les derniers instants pour me procurer mes places de concert, en voilà un qui allait me passer sous le nez :roll:... Mais, guidé par je ne sais quelle intuition, je me suis quand même pointé devant la salle de concert, sans grandes espérances de place toutefois… Et de place je n’ai point eu. Par contre, la configuration « ouverte » du Whelan’s m’a encouragé à assister au show de ce soir depuis … l’extérieur ( :!:), appuyé avec aisance et nonchalance sur le mur d’en face 8)

  • La salle

    Whelan’s. Un lieu privilégié pour la musique live à Dublin et ce depuis 1772 :shock: !!! C’est aujourd’hui une petite salle de concert (400 places) accolée à l’arrière du pub du même nom. Son ambiance chaleureuse a fait sa réputation et la salle a vu passer des légendes comme Jeff Buckley, Nick Cave, Christy Moore, ou encore Peter Buck et Mike Mills de REM. Un corridor longeant l’espace bar mène à la « fosse » surplombé d’un balcon permettant d’imprenables clichés sur la scène.

    La particularité, spécialement intéressante pour moi ce soir, du Whelan’s est que les portes d’entrées restent toujours ouvertes pour permettre aux fumeurs de venir clopper dehors. Du coup, de l’extérieur, non seulement le son est plus que potable (je dirai même que ce soir il était particulièrement bon, meilleur qu’à The O2 pour le Priest Feast, c’est dire :roll: !!!) mais en plus on peut apercevoir la partie droite de la scène, où se tenaient ce soir Joe Duplantier et Jean-Michel Labadie.
  • un live-report spécial…

    A expérience particulière, live-report particulier ! Un aperçu avec un certain recul. « From the outside » si vous préférez. L’envers du décor aussi (la « sale » routine des videurs entre autres). Musico stricto sensu, je me concentrerai principalement sur le simple aspect « musical » des prestations. Par honnêteté.



Pilgrimz

Pilgrimz est un groupe Danois formé en 1998. Après 2 EPs qui leur ont offert une reconnaissance nationale, le groupe a décidé d’écumer les scènes européennes et a recueilli d’excellents suffrages. En 2008, « Boar Riders » leur premier LP (à la pochette ridiculement moche) voit le jour. Et c’est donc pour le promouvoir qu’ils se sont vus offrir l’ouverture de la tournée UK/Irlande de Gojira.

Alors, Pilgrimz, c’est une musique hybride entre une rage hardcore/punk (le chant surtout) et le groove d’un hard rock ‘n’ roll (les rythmiques forcément) distillant de l’énergie en bâtons de dynamite qui, je dois bien dire, ne m’a pas emballée plus que ça ce soir. Et pourtant je trouve les titres présents sur leur page myspace plutôt sympathiques. Ca ne casse pas trois pattes à un canard mais l’espèce de feeling hard’n’roll est vraiment réjouissant. Sans doute ce chant trop criard (ces intonations core soulantes à la longue) venant trop prédominer une musique qui possède toutefois des moments de vraie réussite (ce feeling hard ‘n’ roll’, ces petites touches Heavy qui viennent contrebalancer des speederies tonitruantes) m’a t’il rebuté.
Dernier bémol, un chanteur un peu trop frimeur dans son blabla d’entre-titres… (et si j’ai pu le ressentir de l’extérieur, c’est dire à quel point ça devait être ‘‘lourd’’ à l’intérieur :?).

:arrow: site myspace Pilgrimz



The Eyes Of A Traitor

The Eyes Of A Traitor (TEOAT) est un très jeune groupe anglais (moins de 20 ans en moyenne) qui a connu une ascension fulgurante lors de ces quelques dernières années. Repérés par le prestigieux label UK de l’underground Thirty Days Of Night Records, ils ont enregistré leur premier EP “By Sunset” fin 2007. Après plusieurs tournées en UK et en Europe, ils ont élargi leur fan-base et ont signé en hiver 2008 avec Listenable Records (le label actuel de Gojira entre autres) pour une distribution internationale de leur premier LP. « A Clear Perception » a ainsi vu le jour durant le premier trimestre 2009.
Leur musique se veut un melting pot de moult influences Metalliques (notamment les branches extrêmes) à base Metalcore, aux envies progressives et à l’approche mélodique (thèmes, soli) avouée. La mode Metallique du moment diront certain(e)s…
En tous cas, les extraits de leur page myspace m’avaient pas mal emballé et j’en attendais donc beaucoup de la part des "minots" de Luton.

Et bien, j’avoue être resté sur ma faim. Le son imparfait n’a pas servi les vocaux pourtant variés de Jack ni le jeu de batterie riche en nuances de Sam. L’approche mélodique du combo semblait peut-être trop concentrée sur des sweepings aussi bien exécutés qu’improbables. Pourtant je n’avais pas eu cette impression en « studio ». Toujours est-il que ces 5 mômes ont une sacrée pêche et que leur bagage technique est assez important vu leur âge. Et en ce sens, leur prestation fut réussie ce soir (même si pour beaucoup de coreux, leurs mélodies avenantes furent/sont une hérésie).

C’est un cliché de dire que leur musique manque certainement de maturité mais c’est pourtant bel et bien ce regain d’expérience qui semble manquer à leurs compositions pour les rendre plus solides, plus homogènes et mieux ficelées. Car la légère sensation d’un assemblage de mille et une idées antagoniques est le plus désagréable reflet que leur musique peut laisser miroiter.

:arrow: site myspace The Eyes Of A Traitor



Gojira

Gojira est un groupe atypique. Sa musique aussi. Sa philosophie également. Le groupe, de par son charismatique leader, véhicule un message qui tranche dans un paysage ‘’metallique’’ trop souvent ancré dans ses propres ‘’codes’’. Ainsi, la musique de Gojira pourrait se définir comme du Death Metal écologique et philosophique. Leur musique sert ‘’juste’’ à extérioriser les thèmes qui les travaillent dans leur fort intérieur. De l’introspection à l’expulsion en quelque sorte. Musicalement, Gojira propose un Death Metal dense, puissant et groovy. Un croisement entre Morbid Angel (pour ce côté Death technique) et Tool (pour cette puissance et ce groove particulier). Il y a 2 ans, je les avais vus en ouverture de Trivium et Annihilator et 2 choses m’avaient frappé. La qualité du son (pour un ‘’opening band’’ c’est assez rare pour être souligné) et cette densité incroyable de leurs riffs. En combinant les 2, j’avais eu cette sensation incroyable de ‘’mur du son’’ (limite virtuelle mais infranchissable à l’image du ‘’mur de chaleur’’ à l’avant d’une coulée de lave), cette surpuissance intégrale qui nous laisse démuni mais conquis. Autant dire donc que j’attendais beaucoup de ce show en ‘’headliner’’. Et même de l’extérieur, j’ai vécu ce concert intensément !

A nouveau, la première chose véritablement frappante, c’est l’intensité et l’énergie que peuvent dégager nos frenchies sur scène. Et pour l’avoir ressentie de dehors, c’est que ce n’était pas qu’une impression. J’ai pu aussi bénéficier d’un excellent son (dans une position équivalente au fond de salle moyenne on va dire). Niveau setlist, Gojira nous a offert un set partagé entre promotion de « The Way Of All Flesh » et ‘’hits’’ issus de « From Mars To Sirius » principalement. Pour ces derniers, je (re)mettrai en avant la puissance atomique du bien nommé ‘The Heaviest Matter Of The Universe’, le groove infernalement dense d'un 'Backbone', la dynamique furieuse de 'From The Sky', et l’ambiance hypnotique d’un ‘Flying Whales’ pourtant tronqué. Quant à leur dernier album, j'ai particulièrement apprécié le ‘’hit technoide’’ ‘A Sight To Behold’ avec sa mélodie addictivement envoutante, l’opener flamboyant ‘Oroborus’ et son motif récurrent de tapping classieux, ainsi que la pièce éponyme et sa progression decrescendo vers une lourdeur aérienne, métaphore d'une baleine survolant les abysses (ouais je sais, ce n'est ni le bon album ni la bonne chanson mais je trouve l'image musicalement pertinente :P).

Côté bémols, je pointerai la trop courte durée du show (juste un peu plus d'1 heure), mais c'est souvent le cas pour ce genre d'affiches au Whelan's. Belfast a été plus chanceux ayant eu droit à 'Love' et 'Toxic Garbage Island' en plus. Aussi, la version écourtée de 'Flying Whales' (sans l'intro) enlève plus de magie au morceau qu'elle n'en rajoute en efficacité ''live''. Enfin, « The Link » a été oublié. Malgré les impératifs de timing serré, ils auraient pu en caser au moins 1 titre... En dépit de ces quelques bémols, leur énergie et leur simplicité fut grandement appréciée et pour illustrer l'impression énorme qu'ils ont laissé ici, je vais citer un commentaire parmi tant d'autres (:arrow: Metal Ireland forum)
Oh man! That gig was fuckin' savage. Definitely the best gig I've been to this year. It was freakin' fantastic, amazing, excellent, brilliant, wonderful, magificent, stupendous, flawless, beautiful, sexy, <insert more complimentary words here>. The list of words to describe the superbness of this gig is endless!
I would probably see that band a thousand times and never get bored.


Bref, la musique de Gojira est une vraie expérience, une invitation au voyage, qu'il soit personnel et intérieur ou expansif et fédérateur. Leurs concerts sont d'ailleurs le lieu de l'extériorisation extrême de tout ce qu'elle peut évoquer. La fosse était ainsi une nouvelle fois en ébullition. Mais j'irai au-delà du simple fait de "s'envoyer en l'air" avec ses partenaires de pogos. Il y a une dimension presque mystique à leur musique qui m'a saisi, même depuis l'extérieur, et m'a maintenu dans le show tout au long de leur performance. Du coup, malgré un déficit visuel évident (si j'avais Jean-Michel Labadie en point de mire, je n'ai pas vu (excepté pour le salut final) Christian Andreu, j'apercevais par intermittence Joe et devinais Mario derrière ses futs), j'ai eu l'impression de vivre ce concert de l'intérieur. Je le disais en intro, Gojira, c'est une sacré expérience...


setlist

Oroborus
The Heaviest Matter Of The Universe
Backbone
From The Sky
A Sight To Behold
The Art Of Dying
Drum Solo / Clone
Flying Whales
The Way Of All flesh

--- Encore ---
Terra Inc
Vacuity


Quelques vidéos

[url=http://www.youtube.com/watch?v=lGtwqd6sfBE&feature=PlayList&p=4AE9225497679F3D&index=0]Playlist Gojira @ Dublin, Whelan's - 14/03/2009
  • A Sight To Behold
  • The Art Of Dying
  • Flying Whales
  • Vacuity
[/url]

Retour vers HS. Musique [les chroniques live de fred99]

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron