PROGRESSIVE NATION 2009 - Paris, Zenith, 04/10/2009

fred99 fait sa chronique sur ITP !

Modérateurs: derF, Mr[P], jo, Fredian

Avatar de l’utilisateurAsh
Used To PainUsed To Pain
Messages: 660
Inscrit le: 17 Mai 2005, 12:08
Localisation: Bourges

PROGRESSIVE NATION 2009 - Paris, Zenith, 04/10/2009

Messagepar Ash » 30 Oct 2009, 16:54

En compagnie d’Alaxa, Chris, keila par SMS et quelques minutes (enfin !) avec Yogi qui n’a pas hésité à me souhaiter la bienvenue. Arrivé depuis 13h, j’ai passé quelques heures avec Alaxa et quelques acolytes dans la file d’attente, vraiment plaisant et ça fait partie aussi des moments très appréciables de ce genre d’événement.


Unexpect

Plutôt séduit mais interrogateur sur ce que le groupe allait proposer sur scène, j’ai été plutôt conquis, avec quelques moments de fascination qui clouent sur place, même s’ils ont été desservi par ce son brouillon. Ce n’est clairement pas évident à suivre, mais ce n’est certainement pas ennuyeux, d’autant que je ne connaissais que Desert Urbania. J’ai été subjugué par le jeu de scène avec 5 frontistes (clavier et batterie en retrait sur les côtés) qui s’en donnaient à cœur joie, et quand ils étaient à l’unisson, capillairement parlant, c’était spectaculaire. Un bon moment partagé avec Chris dans la fosse.


setlist Unexpect

Novae
In Velvet Coffins We Slept
?
Unfed Pendulum ?
Desert Urbania



Bigelf

Je suis resté seul dans la fosse pour profiter de ce groupe dont le dernier album, m’a totalement séduit. Ce hard/rock prog vintage à la Deep Purple passe plutôt bien sur scène ; des passages instrus mélodiques un style visuel assez prononcé avec le leader et son chapeau haut de forme et ses deux claviers. Un chant un peu monocorde. Une intro « Imperial March » qui fait son effet mais un peu longuette. Une arrivée en guest star de Mike Portnoy sur le titre Blackball kqui s’est mis aux fûts pendant toute une partie d’un morceau, c’est sympa mais limite gênant pour le batteur de Bigelf qui est resté dans son coin (enfin c’est l’impression que j’ai ressenti). Musicalement c’est festif avec un côté théâtral ou comme dans un cirque.


setlist Bigelf

The Evils of Rock & Roll
Neuropsychopathic Eye
Pain Killers
Blackball
Hydra




Opeth

Jai rejoint Chris toujours dans la fosse mais près des gradins, le son étant meilleur, d’une qualité rare pour le zénith. C’est ce que j’ai préféré de la soirée et j’ai pris un pied énorme du début à la fin, entre une entrée en douceur et contemplative avec Windowpane, un Lotus Eater avec toutes ses facettes (ah la la son riff entraînant et son break prog à souhait), des premières notes de Harlequin Forest (« Into the treeeeees… » ô mon dieu), d’April Ethereal qui est mon titre préféré de « My arms, Your Hearse » , du déluge « Deliverance » avec sa fin hypnotique (bien qu’écourtée me semble-t-il) et un Hex Omega qui passe très bien en live. Setlist très bien choisie, pourtant sans aucun titre de Blackwater Park. Mickael Akerfeldt en pleine forme, j’adore ce mec et son humour décalé, calme et cynique, du genre : « we know some Dream Theater fans don’t like us because of the vocals… we don’t give a shit » ou (en gros) « we’re gonna play a very mellow song… for women with big tits » et ils nous balancent Deliverance. J’adore.


setlist Opeth

Windowpane
The Lotus Eater
Reverie/Harlequin Forest
April Ethereal
Deliverance
Hex Omega




Dream Theater

Après s’être honorés de bienvenue avec Yogi, Chris et moi sommes revenus à la même place avec Alaxa qui nous rejoint, frustrée d’être restée dans les gradins pendant Opeth.

Toujours cette intro « Psychose » qui fait son effet. J’ai bien aimé A Nightmare to Remember et The Count of Tuscany sans y trouver d’extase particulière. Par contre la suite The Mirror/Lie (belle surprise) et son incroyable puissance, bien qu’entachée de sons Rudess assez immondes et surtout The Dance of Eternity (gros délire avec Chris pendant la partie « saloon ») et In The Name of God (c’est vraiment spectaculaire pour les oreilles et pour les yeux comme titre). A Rite of Passage passe sans plus (j’avais plus apprécié à Wettingen lorsque j’avais découvert le morceau), avec son refrain certes fédérateur mais un peu bateau et je me suis totalement ennuyé pendant Wither (filmé pour l’occasion) pendant que Chris effectuait un sit-in solitaire.

Contrairement à lui, j’ai trouvé la performance de James Labrie assez remarquable, c’est vraiment Rudess qui gâchait le tout avec ses sons pourris. Dommage car lorsqu’il accompagne les ambiances comme dans The Count of Tuscany, ça passe plutôt bien. Sinon c’était assez beau visuellement.

Enfin le déplacement valait le coup et je n’ai montré aucun signe de fatigue à mes élèves le lendemain matin… Par contre quand la pression retombe… rencontrer Yogi pour la première fois n'est pas de tout repos : c'est épuisant mais on est heureux ! :D


setlist Dream Theater

A Nightmare To Remember
The Mirror
Lie
A Rite Of Passage
Keyboard Solo
Wither
The Dance of Eternity
In The Name Of God


Rappel
The Count Of Tuscany



Ash
Then I came to be - Gildenlöw
To do is to be - Nietzsche
To be is to do - Kant
Do be do be do - Sinatra

Avatar de l’utilisateurFredian
Omni... BE !
Messages: 2031
Inscrit le: 12 Août 2005, 15:21
Localisation: Dublin (Irlande) / Montpellier (France)

Messagepar Fredian » 26 Fév 2010, 18:48

D'autres réactions sur ce concert (et sur les autres dates françaises du progressive Nation 2009) disponibles ici :arrow: http://www.insidethepain.com/forum/viewtopic.php?t=2112&postdays=0&postorder=asc&start=15


Retour vers HS. Musique [les chroniques live de fred99]

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité

cron