NIGHT OF THE PROG IV - Loreley, Allemagne, 10&11/07/2009

fred99 fait sa chronique sur ITP !

Modérateurs: derF, Mr[P], jo, Fredian

Avatar de l’utilisateurAsh
Used To PainUsed To Pain
Messages: 660
Inscrit le: 17 Mai 2005, 12:08
Localisation: Bourges

NIGHT OF THE PROG IV - Loreley, Allemagne, 10&11/07/2009

Messagepar Ash » 07 Juil 2009, 11:25

Deuxième fois pour Portnoy Jr et moi avec une belle brochette de groupes qui nous attendent :

Image

Friday 10. July 2009

Also Eden 16.30 h
Arena 17.45 h
Agents of Mercy (feat. Roine Stolt of Flower Kings) 19 h
Riverside 21 h
Gazpacho 23 h
End 01 h

Saturday 11. July 2009

Subsignal 12.30 h
Pineapple Thief 13.45 h
Lazuli 15.15 h
Pure Reason Revolution 17 h
Pendragon 18.15 h
Steve Hackett & Band 20.30 h
Marillions Script for a Jester´s Tear Show by Mick Pointer & Friends 23 h
End 01 h

Et le show de Gazpacho sera filmé pour un futur DVD !


Ash
Then I came to be - Gildenlöw
To do is to be - Nietzsche
To be is to do - Kant
Do be do be do - Sinatra

Avatar de l’utilisateurAsh
Used To PainUsed To Pain
Messages: 660
Inscrit le: 17 Mai 2005, 12:08
Localisation: Bourges

Messagepar Ash » 01 Août 2009, 17:48

Mon report est enfin prêt !

1ère journée :
[goto=ALSOEDEN]ALSO EDEN[/goto]
[goto=ARENA]ARENA[/goto]
[goto=AGENTSOFMERCY]AGENTS OF MERCY (feat. ROINE STOLT)[/goto]
[goto=RIVERSIDE]RIVERSIDE[/goto]
[goto=GAZPACHO]GAZPACHO[/goto]


2ème journée :
[goto=SUBSIGNAL]SUBSIGNAL[/goto]
[goto=PINEAPPLETHIEF]PINEAPPLE THIEF[/goto]
[goto=LAZULI]LAZULI[/goto]
[goto=PENDRAGON]PENDRAGON[/goto]
[goto=STEVEHACKETT]STEVE HACKETT & BAND[/goto]
[goto=MICKPOINTER]MICK POINTER'S MARILLION'S SCRIPT FOR A JESTER'S TEAR[/goto]


Donc nous y voilà : 2ème édition pour Portnoy Jr et moi et une première pour dreamlte2. Ce festival, c'est vraiment la classe. Encore des grands moments musicaux et de belles découvertes.

Première nuit passée dans un camping de Metz près du centre au bord de la Moselle. Eh mais c’est ocrement beau Metz !

Le lendemain matin, après deux heures de route et pause déjeuner à Coblence, toujours dans cette belle vallée du Rhin, nous voilà arrivés sur le site au sommet de la colline, comme si on se retrouvait chez soi. Le temps d’installer les tentes sur le promontoire et tels des VIP qui avaient déjà leur pass, même pas besoin de faire la queue pour entrer dans ce superbe amphithéâtre vers 16h00, sous un ciel qui sera resté clément pendant ces deux journées et qui ne lâchera ses rideaux bruineux qu’au moment de replier nos tentes…


[anchor]ALSOEDEN[/anchor]ALSO EDEN
Premier groupe du festival, une sorte de rock prog classique teinté de pop, c’est bien fait, mais on ne retient rien d’extraordinaire. Sympathique, sans plus.

Setlist :
1. Star (from “It’s Kind of You to Ask”)
2. Between the Lines ](from “It’s About Time”)
3. Skimming Stones (from “It’s Kind of You to Ask”)
4. For Bumble (from “It’s About Time”)
5. Photographs (from “It’s Kind of You to Ask”)
6. Outside In (from “It’s Kind of You to Ask”)
Rappel :
7. Artificial Light (from “It’s Kind of You to Ask”)

[anchor]ARENA[/anchor]
ARENA
Premier groupe qui met le feu dans le public mais c’est vrai qu’ils sont rodés, ceux-là, menés par un Rob Sowden en forme et habillé de façon clinquante, Jon Mitchell à la guitare et Clive Nolan aux claviers. Un Mick Pointer à la batterie qui a fait quelques pains mais sans grande conséquence. Je ne connais pas encore assez bien le répertoire d’Arena mais je commence à reconnaître certains titres et la performance est enjouée et complice avec le public. Au grand bonheur de Portnoy Jr, une reprise de Billie Jean mais bien fichue et qui met la pêche, comme tout le reste du répertoire joué.

Setlist :
1. A Crack in the Ice (from “The Visitor”)
2. Skin Game (from “Contagion”)
3. Billie Jean (from MICKAEL JACKSON “Thriller”)
4. The Hanging Tree (from “The Visitor”)
5. Bedlam Fayre (from “Pepper’s Ghost”)
6. (Don’t Forget to) Breathe (from “The Visitor”)
7. Chosen (from “Immortal”)
8. Solomon (from “Songs from the Lion’s Cage”)
Rappel :
9. Crying for Help (from “Pride”)

[anchor]AGENTSOFMERCY[/anchor]
AGENTS OF MERCY
Nouvel énième groupe dans lequel Roine Stolt des Flower Kings sévit et plutôt de belle manière. Un chanteur Nad Sylvan, (accompagné d’une chanteuse) qui au gré de ses attitudes maniérées, mène le front dans un style prog jazzy plutôt joyeux, dont un long titre de Karmakanic et une superbe reprise de Genesis en guise de rappel, pour ceux qui connaissent, un morceau lent qui va tout crescendo.

Setlist :
1. The Fading Ghosts of Twilight (from “The Fading Ghosts of Twilight”)
2. The Unwanted Brother (from “The Fading Ghosts of Twilight”)
3. Jesus on the Barricades (from “The Fading Ghosts of Twilight”)
4. Where the Earth Meets the Sky (from KARMAKANIC “Wheel of Life”)
5. Heroes & Beacons (from “The Fading Ghosts of Twilight”)
6. I Am the Walrus (from THE BEATLES “Magical Mystery Tour”)
7. A Different Sun (from “The Fading Ghosts of Twilight”)
Rappel :
8. Afterglow (from GENESIS “Wind and Wuthering”)

[anchor]RIVERSIDE[/anchor]
RIVERSIDE
Aaaah… Je les attendais ceux-là et ceci pour ma troisième fois (première partie de Dream Theater à Clermont-Ferrand et en tête d’affiche avec Lazuli à la Scène Bastille), et à l’écoute en boucle de leur nouvel album Anno Domini High Definition , Riverside ne fait que monter dans mon estime et fait désormais partie de mes groupes contemporains préférés. Eh bien ils ont assuré comme des demi-dieux, les bougres, pendant que la nuit commençait à tomber. Un show énorme de la part de musiciens qui restent sur la réserve, mais avec un Mariusz Duda plutôt joyeux et communiquant avec le public et qui s’excusait presque de la puissance mitôôôl de leurs morceaux dans un tel lieu « poétique ». Enfin, tout est relatif, ils gardent toujours cet aspect atmosphérique avec ces soli de guitares magnifiquement éthérées avec des moments puissants de pur bonheur. Leurs nouveaux morceaux passent haut le cap de la scène et se révèlent très énergiques. Tout était très bon et assez équilibré dans la setlist, et ayant à la suite parmi mes morceaux préférés à savoir Volte-Face, Beyond the Eyelids et Hyperactive qui représentent vraiment le son Riverside, j’étais aux anges. A noter un Conceiving You de toute beauté, c’est vraiment une balade magnifique. Le rappel, Left Out, morceau le plus « calme » (au début) tiré de leur dernier album, fut une conclusion en apothéose. Sa mélodie a même été reprise par une partie du public après le set. Vraiment excellent.

Setlist :
1. Lucid Dream IV (from “Rapid Eye Movement” bonus disc)
2. Egoist Hedonist (from “Anno Domini High Definition”)
3. Out of Myself (from “Out of Myself”)
4. Volte-Face (from “ Second Life Syndrome”)
5. Beyond the Eyelids (from “Rapid Eye Movement”)
6. Hyperactive (from “Anno Domini High Definition”)
7. Back to the River [inclus PINK FLOYD “Shine on You Crazy Diamond”] (from “Rapid Eye Movement”)
8. Conceiving You (from “Second Life Syndrome”)
9. Reality Dream III (from “Second Life Syndrome”)
10. Ultimate Trip [extrait] (from “Rapid Eye Movement”)
11. Hybrid times (from “Anno Domini High Definition”)
12. 02 Panic Room (from “Rapid Eye Movement”)
Rappel :
13. Left Out (from “Anno Domini High Definition”)

[anchor]GAZPACHO[/anchor]
GAZPACHO
L’événement de la soirée, d’autant que le show était filmé pour un futur DVD. Leur rock prog atmosphérique aux rythmes lents était idéal pour terminer cette première journée dans un show de lumière exaltant. Tout l’album Tick Tock, basé sur l’histoire du dernier vol de St Exupery fut joué ainsi que des morceaux phares de Night, avec notamment le superbe Dream of Stone . Le son était enivrant et les parties de violon introspectives, le tout dans une ambiance assez classieuse.

Setlist :
1. Desert Flight (from “Tick Tock”)
2. The Walk (from “Tick Tock”)
3. Tick Tock (from “Tick Tock”)
4. When Earth Lets Go (from “When Earth Lets Go”)
5. Dream of Stone (from “Night”)
6. Upside Down (from “Night”)
7. Massive Illusion (from “Night”)
8. Winter Is Never (from “Tick Tock”)
Rappel :
8. Snowman (from “When Earth Lets Go”)
9. Bravo (from “Bravo”)

Retour dans nos tentes vers 1 heure du matin. A noter que le timing est plutôt bien respecté, juste un petit quart d’heure entre certains groupes. On s’endort au son du groupe électrogène qui éclaire le champ du camping. Le soleil et la chaleur sur les toiles nous réveillent au petit matin et nous nous apprêtons à cette belle journée qui s’annonce, tant au niveau du temps que de la qualité musicale . Arrivant devant l’entrée eh bien qui rencontrons-nous ? Domi, le chanteur de Lazuli qui discutait avec d’autres fans français. Et c’est parti discussion sur le dernier album et premières dédicaces. Une crème, ce Domi. Ils étaient arrivés dans la matinée et nous explique qu’ils n’ont pas eu beaucoup de temps pour faire les balances avec tous leurs instruments spécifiques. Lazuli faisait parti de nos attentes et elle aura été comblée haut la main.

On avait su la veille que Pure Reason Revolution avait été annulé, dommage, mais cela a permis aux premiers groupes de s’étendre un peu plus.

Ouverture vers midi donc, et premier groupe qui ouvre.

[anchor]SUBSIGNAL[/anchor]
SUBSIGNAL
Groupe de rock prog AOR assez enjoué avec quelques parties métal mais rien d’exceptionnel et qui nous présente leur premier album qui sortira en septembre. A noter que ce groupe est un peu la suite de Sieges Even, comprenant également deux membres du groupe de métal/prog Dreamscape. Un aperçu ici.

Setlist :
1. Where Angels Fear To tread
2. Rain Is the Most Beautiful Color
3. Walking With Ghosts
4. Hope
5. The Trick Is to Keep Breathing
6. The Sea
7. Beautiful and Monstrous
8. Paradigm
9. The Lonely Views of Condors (from SIEGES EVEN “The Art of Navigating by the Stars”)

[anchor]PINEAPPLETHIEF[/anchor]
PINEAPPLE THIEF
Je n’avais que très peu écouté ce groupe, une sorte d’ersatz de Radiohead et vraiment prenant au niveau ambiance rock mélancolique, avec un chanteur qui parfois bougeait dans tous les sens et présentant également deux nouveaux titres qui apparaîtront sur une compilation à l’automne, 3,000 Days. Le long titre Too Much To Lose de leur denier album est vraiment une merveille.

Setlist :
1. God Bless the Child (from “Little Man”)
2. Tightly Wound (from “Tightly Wound”)
3. 3,000 Days (new)
4. Different World (from “Tightly Wound”)
5. Preparation for Meltdown (new)
6. We Love You (from “Little Man”)
7. Shoot First (from “Tightly Wound”)
8. Snowdrops (from “Little Man”)
9. Too Much to Lose (from “Tightly Wound”)
10. I Will Light Up Your Eyes (from “10 Stories Down”)

[anchor]LAZULI[/anchor]
LAZULI
Ah… enfin, nous nous précipitons aux barrières pour assister au changement de set et aux dernières balances de notre groupe fétiche. Tout s’installe dans un timing serré , les derniers réglages semblant assez délicats. Et puis les voilà, chaudement applaudis avant d’entamer Laisse Courir et il faudra 7 titres avant qu’ils nous réservent les joyaux de leur dernier album. Ils ont choisi des anciens titres représentant vraiment toute l’étendue de leur répertoire avec ces longues plages instrumentales d’une intensité phénoménale avec tous ces instruments « exotiques » en complète osmose, une mise en scène recherchée, un look original et une sincérité qui fait plaisir à voir. Le vibraphone, la Warr Guitar, la léode, le batteur debout, l’échange entre les instruments, c’est tout de même intriguant. Domi, par ailleurs, entre certains morceaux avait fait l’effort de préparer des petits discours en allemand, le public en a été d’autant plus conquis.

D’autant plus conquis, car effectivement, quelque chose s’est passé pendant ces premiers titres et progressivement tout au long du set, ils ont fini par séduire, fasciner, subjuguer le public. On ne s’en rendait pas compte au début car on connaissait déjà l’effet assez éblouissant et initiatique de leur musique délicate et intense à la fois, de la première note à la dernière. Mais au fur et à mesure des titres, on sentait un public de plus en plus enthousiaste et qui a débordé d’admiration par des applaudissements de plus en plus intenses, et qui laissaient les toutes dernières notes de chaque titre s’installer dans le silence avant un tonnerre d’applaudissements (je pense notamment au Repas de l’Ogre). C’était tout simplement magnifique et faire partie de ce public qui en majorité découvrait le groupe nous rendait complètement frénétique. Ce fut d’ailleurs l’apothéose après La Belle Noirceur (me semble-t-il) où les applaudissements ne s’arrêtaient pas, les membres de Lazuli étaient visiblement surpris par un tel accueil. Ils le méritent ! Les nouveaux titres sont grandioses sur scène et Abîme est déjà un hymne typiquement lazulien. Le rappel fut propre au groupe : les 6 musiciens s’adonnant au vibraphone avec un clin d’œil croustillant de Just Can’t Get Enough de Depeche Mode qui s’apprêtait bien au rythme, avant de terminer, baguettes à la main, face à un public – sans exagérer – hystérique ! Tout simplement énorme.

Révélateur de cet engouement était le nombre de demandes d’autographes à la suite du avec une une foule qui s’est amassée jusque pendant le set de Pendragon. Cela fait vraiment plaisir de voir des gens de toutes nationalités qui découvrait avec ravissement le groupe. Certainement le clou/surprise du festival. Un grand merci à Lazuli qui à chaque fois nous délivrent des moments de pur bonheur!

Setlist :
1. Laisse Courir (from “En Avant Doute”)
2. Film d’Aurore (from “En Avant Doute”)
3. Mal de Chien (from “Amnésie”)
4. L’Impasse (from “Amnésie”)
5. Capitaine Coeur de Miel (from “En Avant Doute”)
6. Le Repas de l’Ogre (from “En Avant Doute”)
7. L’Arbre (from “En Avant Doute”)
8. On Nous Ment Comme On Respire (from “Réponse Incongrue à l’Inéluctable”)
9. La Vie par la Face Nord (from “Réponse Incongrue à l’Inéluctable”)
10. La Belle Noirceur (from “Réponse Incongrue à l’Inéluctable”)
11. Cassiopée (from “En Avant Doute”)
12. Abîme (from “Réponse Incongrue à l’Inéluctable”)
13. Aimants (from “Réponse Incongrue à l’Inéluctable”)
Rappel :
14. Mon Mari m’bat [inclus DEPECHE MODE “Just Can’t Get enough”]

[anchor]PENDRAGON[/anchor]
PENDRAGON
Portnoy Jr et moi avons un peu raté le début mais on sentait déjà que Pendragon envoyait la sauce avec Indigo. Ils ont joué tous les titres du dernier album Pure et leur prestation fut immense, à commencer par l’attitude aisée et bon enfant tout en étant très pro avec un Nick Barret aux commandes complètement réjoui, heureux d’être là, et qui amusait la galerie ainsi qu’un batteur tout en folie derrière ses fûts et qui se montrait fréquemment à l’instar d’un Mike Portnoy . Avec Clive Nolan aux claviers, Nick Barrett nous a rappelé, avant d’entamer le dernier titre que nous étions tous « a band of brothers » avec tous ces musiciens qui officient dans divers projets et appartenant au même monde musical. Et puis ça fait plaisir de voir ces « anciens » qui ont en ont dans l’aile et qui délivrent une musique d’une grande maturité. Superbe show.

Setlist :
1. Indigo (from “Pure”)
2. The Walls of Babylon (from “The Window of Life”)
3. Eraserhead (from “Pure”)
4. The Last Man On Earth (from “The Window of Life”)
5. The Freak Show (from “Pure”)
6. Comatose (from “Pure”)
7. Nostradamus(stargazing) (from “The Window of Life”)
8. Breaking the Spell (from “The Window of Life”)
9. Masters of Illusion (from “The Masquerade Overture”)
Rappel :
10. It’s Only Me (from “Pure”)

[anchor]STEVEHACKETT[/anchor]
STEVE HACKETT & BAND
Ah je l’attendais celui-là aussi avec une pointe de nostalgie, première fois que je vois un membre de Genesis époque Gabriel. Le premier titre fut une véritable claque dans son délire jazz rock psychédélique aux allures King Crimsoniennes ceci malgré un problème de son au niveau de la guitare de Steve (ils n’avaient apparemment pas fait de balance). Steve Hackett est quelqu’un de réservé mais finalement faussement retenu avec un humour typiquement British et pince-sans-rire. En tout cas, les 5 musiciens envoient la sauce, on avait un bassiste en tenue de Heidi en latex (je vous laisse fantasmer sur cette description) et j’ai trouvé Steve Hackett impressionnant d’aisance, jouant des parties complètement bluffantes, comme si de rien n’était. Pas mal d’anciens titres joués et une partie non négligeable de Genesis. Firth of Fifth fut magistral (aaaaah l’intro au piano…) et ce fut un bonheur de voir Steve Hackett jouer la grandiose partie de guitare au milieu du titre. Les titres de Genesis étaient chantés par le batteur qui était lui aussi impressionnant. Blood on the Rooftops fut magnifiquement interprétée. Et à partir de Spectral Mornings, ils n’ont joué que des titres instrumentaux, hauts en couleur avec également des parties guitare acoustique, chapman stick, flûte, clarinette et saxophone. Vraiment très bon.

Setlist :
1. Mechanical Bride (from “To Watch the Storm”)
2. Every Day (from “Spectral Mornings”)
3. Fire on the Moon (new)
4. Ace of Wands (from “Voyage of the Acolyte”)
5. The Steppes (from “Defector”)
6. Slogans (from “Defector”)
7. Serpentine Song (from “Wild Orchids”)
8. Firth of Fifth (from GENESIS “Selling England by the Pound”)
9. Two Vamps as Guests (from “Defector”)
10. Horizons (from GENESIS “Foxtrot”)
11. Blood on the Rooftops (from GENESIS “Wind and Wuthering”)
12. Spectral Mornings (from “Spectral Mornings”)
13. Fly on the Windshield (from GENESIS “The Lamb Lies Down on Broadway”)
14. Instru acoustique
15. A Tower Struck Down (from “Voyage of the Acolyte”)
16. In That Quiet Earth (from GENESIS “Wind and Wuthering”)
17. Clocks - The Angel of Mons (+drum solo) (from “Spectral Mornings”)
18. Los Endos (from GENESIS “A Trick of the Tail”)
Rappel :
19. Shadow of the Hierophant (from “Voyage of the Acolyte”)

[anchor]MICKPOINTER[/anchor]
MICK POINTER’S MARILLION’S SCRIPT FOR A JESTER’S TEAR
Donc dernier groupe du festival dont on connaissait forcément la setlist d’avance puisque le groupe, dirigé par le batteur Mick Pointer, jouait en entier le premier fameux album de Marillion, Script for a Jester’s Tear avec quelques titres bonus, et surtout à la manière de l’époque et de nouveau avec le guitariste Nick Barrett. Et le plus bluffant fut certainement le chanteur qui avait les mimiques et surtout la voix de Fish, c’était assez surprenant. Il jouait vraiment l’homme-orchestre, était le fil conducteur du show entre les musiciens et le public, et effectuait la mise en scène à lui tout seul. Il bougeait partout, maquillé, de façon clownesque et montrait une énergie débordante et jouait son rôle jusqu’au bout, je pense notamment au « suicide » dans Forgotten Songs. Beaucoup de fans dans le public et une fin de festival exaltante.

Setlist :
1. Script for a Jester’s Tear
2. He Knows You Know
3. The Web
4. Garden Party
5. Chelsea Monday
6. Forgotten Songs
7. Three Boats Down from the Candy
8. Grendel
9. Market Square Heroes
Rappel :
10. Loch Lomond [You Take the High Road] (Old Scots Song)

Voilà c’est déjà fini, et nous repartons vers nos tentes, épris par nos réflexions philosophiques sur le temps écoulé. Vraiment une superbe édition. Entre les « fucking hell » de dreamlte2, les « toujours rien de neuf sur l’autoroute A9 » de Portnoy Jr et mes « y a un radar dans 5 km 650 », on s’est bien poilé.

Et toujours avec des rencontres sympathiques et inopinées, à l’instar de ce danois qui est venu nous dire bonjour, se rappelant de nous. Et vive le multilinguisme !


Ash
Dernière édition par Ash le 02 Août 2009, 10:13, édité 1 fois au total.
Then I came to be - Gildenlöw
To do is to be - Nietzsche
To be is to do - Kant
Do be do be do - Sinatra

Avatar de l’utilisateurFredian
Omni... BE !
Messages: 2031
Inscrit le: 12 Août 2005, 15:21
Localisation: Dublin (Irlande) / Montpellier (France)

Messagepar Fredian » 02 Août 2009, 04:12

Excellent report très agréable à lire ! Et un gros + 1 fucking hell pour le soin et le détail des set-lists :shock:.


Retour vers HS. Musique [les chroniques live de fred99]

Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit and 2 invités

cron